Chanson actuelle

Titre

Artiste


Chasse à l’orignal : une partie intégrante de la culture au Restigouche-Ouest

Écrit par le 22 septembre 2022

Du 20 au 24 septembre, c’est la chasse à l’orignal au Nouveau-Brunswick. Pour l’occasion, des chasseurs provenant de plusieurs régions viennent parcourir les bois du Restigouche-Ouest dans l’espoir de trouver leur proie.

Quatre bénévoles vêtus de vestes orange, prêts à faire l'enregistrement des orignaux abattus.

Bénévoles présents au bureau d’enregistrement de Kedgwick le matin du mercredi 21 septembre. Solange Savoie, Émilie Cossette, Paul St-John et Marcel Savoie. Photo: Maxime Gauthier.

Pour une grande partie de la population, il s’agit d’une tradition bien ancrée au sein des familles. Un citoyen rencontré a affirmé en parlant de la chasse : « c’est une religion par ici, plusieurs personnes s’absentent d’à peu près toutes leurs occupations du quotidien jusqu’à ce qu’ils aient leur buck ».

Au terme de la troisième journée de chasse, près de 200 orignaux ont été abattus au Restigouche-Ouest. Les permis octroyés, les enregistrements ainsi que la récolte de données sont possibles grâce au travail de plusieurs bénévoles et gardes forestiers de la région.

Reportage de Maxime Gauthier:

Vous aimez cette nouvelle? Encouragez votre radio et faites un don.
Un garde forestier prend les mesures de la tête d'un orignal mort.

Un garde forestier mesure la longueur du visage de l’orignal afin de déterminer le poids de la viande. Photo: Maxime Gauthier.

On pense atteindre 200 originaux enregistrés au Restigouche-Ouest en date du 22 septembre 2022. Photo: Maxime Gauthier.

Les chasseurs font la file au Bureau des Ressources naturelles et Développement de l’énergie à Saint-Quentin, afin de procéder à l’enregistrement de leur proie. Photo: Maxime Gauthier.

Les gardes forestiers qui accueillent les chasseurs dans la journée du 21 septembre 2022. Alain Bujold, Audrey Dugas, Ricky Charest et Jason Brideau. Photo : Maxime Gauthier